A l’affiche au théâtre de Nesle

Les 9-10-12-13-20-22-23-24-30 Septembre 
et le 1er octobre 2016 à 21H00,
Complet le 21/09


on purge bébé, feu la mère de Madame. Feydeau

 

Plein tarif : 20€
tarif réduit : 13€


Deux farces conjugales dont les univers s’affrontent et se complètent.
Le physiologique avec ses accessoires érigés en œuvres d’art et le royal piteusement défait par la pluie.

On purge Bébé !
Un fabricant de vases de nuit se retrouve rattrapé par la fonction première des objets qu’il fabrique. Au risque d’en perdre la vente exclusive pour l’armée. Une pièce qui tourne autour du pot…

Feu la mère de Madame !
Une annonce nocturne bouleverse la vie monotone d’un couple. Monsieur se voit contraint d’enlever sa perruque pendant que Madame s’évanouit. Les paliers des appartements parisiens ne sont pas sûrs. Feu à l’étage…

Feydeau est plus féroce et comique que jamais. La machine matrimoniale est lancée à grande vitesse en emportant tout sur son passage.
Le couple petit­bourgeois est bousculé, entrainé dans une spirale infernale qui fait voler en éclats toute velléité de bon goût et de bienséance.
L’étroitesse, l’inculture des bobos de la Belle Epoque, leurs calculs mesquins se transforment en gags sublimes et dérisoires, en effets de miroir actant définitivement le large désastre conjugal dans lequel ils se sont jetés.
Dans ces dernières pièces en un acte, Feydeau devient, Incontestablement, le maître absolu de l’entomologie conjugale.



Réservations : 


Votre Nom et Prénom

Votre email

Votre téléphone

Nombre de personnes et date souhaitée

Plan d’accès au théâtre :



Métro : Pont-Neuf, Odéon, Châtelet. RER Saint Michel, les Halles. Bus : 24 / 25 / 58 / 70


Note d’intention
Dans ces dernières pièces, Feydeau passe du vaudeville à la comédie de mœurs. Le trait s’affine, s’aiguise, se fait plus précis, tranchant. La mise en scène s’emploie à créer des effets de loupe, de mise en résonnance de situations déployées en huit clos, véritable vivier d’observation dans lequel se débattent les personnages au sommet de leurs turpitudes et de leurs tromperies. Les changements de rythme, le jeu des acteurs au plus près de l’épiderme impulsent au mieux les rouages de ces farces conjugales. Feydeau ne disait-­il pas : « je n’analyse pas mes héros, je les regarde agir, je les entends parler ; ils s’objectivent en quelque manière, ».
Jacques Drivet

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...